Les origines de l'école privée

La laiterie de Fresnay-en-Retz au début du XXeme siècle

Sous le mandat de Mr Dupont, Maire, sous la pression du clergé et de la noblesse, mais aussi avec un nombre grandissant d'élèves (filles), on assiste à la naissance d'une école communale libre, en 1863.


De par la puissance des entités de tutelle, on peut deviner que la gestion ne sera pas aisée. C'est d'abord par des dons qu'elle voit le jour, située à l'emplacement du presbytère actuel. Il s'agit d'une parcelle de terrain, comprenant aussi une habitation, le tout appartenant à Mr de Rengervé, qu'il avait hérité de ses ascendants, la famille Cébert.

Mr de Rengervé en fait donation à la paroisse, par acte notarié du 29/11/1862 délivré par Mr Billot, Notaire à Nantes. C'est donc la paroisse qui en devient propriétaire, mais la commune se charge de l'entretien. La loi du 16 avril 1867 donne obligation aux communes d'ouvrir une école pour les filles.

Mr le Curé Guillon, va donc par différents baux, passer l'entretien du bâtiment de la classe à la charge de la commune, mais à la condition de maintenir l'école communale des filles sous la direction de l'institutrice actuelle (Mlle Guilbaud) ou autre remplaçante ayant les diplômes requis mais avec l'agrément du Curé.

Après différentes interventions formulées par l'Inspecteur d'Académie et le Sous Préfet, concernant ce type de gestion bipolaire qui ne peut que nuire à la bonne marche de l'école, ces derniers ne peuvent admettre la réserve du bailleur.

Le 7 Janvier 1876, l'inspecteur d'académie fait savoir à Mr le Maire (après une demande d'aide) que le conseil général lui conseille, soit d'acheter la maison d'école ou d'en construire une nouvelle. Obligée qu'elle était, Mlle Guilbaud, institutrice fait des demandes incessantes auprès de la municipalité pour des réparations indispensables et urgentes : mettre des récipients sous les gouttières, financer de ses propres deniers différentes fournitures d'école et cela pendant de nombreuses années.

L'Inspecteur fait remarquer à la municipalité, que la salle de classe de 30 m2 est insuffisante pour les 57 élèves actuels, alors qu'il y en a 67 scolarisables sur la commune, et demande des travaux réunissant d'autres pièces, ce qui porterait la surface à 47 m2, afin de correspondre au nombre d'élèves demandant une instruction conforme à leurs désirs (demande partiellement réalisée).

Cette école communale de filles eut donc beaucoup de difficultés, de gestion et d'utilisation, tout au long de son existence, ... à ses débuts, une vingtaine d'élèves avec seulement deux tables de six places et ceci pendant de nombreuses années. 

C'est dans ces conditions, et nous pouvons lui rendre hommage, que Mlle Marie Guilbaud, née à Paulx en 1840, fit la classe aux filles de Fresnay de 1863 à 1915, secondée à partir de 1890, par sa nièce, Mlle Magdeleine Blanchard née en 1867, et qui restera par la suite directrice de cette école jusqu'en 1933...à cette date fut construite et inaugurée L'Ecole libre St Joseph que nous connaissons aujourd'hui.

A partir de 1933, les bâtiments reviennent à la commune et servent de classe aux garçons des premières sections.